Histoire d’impact

Des histoires significatives écrites par des membres qui démontrent comment l’AMIC a pu apporter un changement avec le soutien de notre communauté.

Dr. Thomas Dignan : Un champion pour les soins de santé indigènes

Le Dr Thomas Dignan, un Mohawk des Six Nations du territoire de Grand River, laisse derrière lui un héritage dont l’impact sur les soins de santé indigènes au Canada est remarquable. Tout au long de son éminente carrière, il a été un modèle de défense et de mentorat, favorisant les changements systémiques et encourageant la prochaine génération de médecins indigènes.

Défenseur infatigable, le Dr Dignan a mené une bataille contre le racisme systémique au sein de la profession médicale, s’efforçant d’éliminer les inégalités en matière de soins de santé indigènes. Ses efforts ont porté leurs fruits puisqu’il a joué un rôle essentiel dans la mise en place d’une formation obligatoire aux soins de santé indigènes dans le cadre de la formation médicale postuniversitaire dans tous les programmes de résidence du Collège royal. Cette étape cruciale a permis aux professionnels de la santé indigènes de répondre aux besoins de santé spécifiques de leurs communautés en faisant preuve de compétence et de sensibilité culturelles.

Au-delà de la défense des droits, le Dr Dignan a incarné le mentorat, se consacrant à guider et à inspirer des générations de médecins indigènes. En tant que pilote agréé et médecin itinérant, il s’est aventuré dans les régions éloignées et isolées de l’Ontario, apportant des services de soins de santé essentiels à ceux qui en avaient besoin. Son leadership s’est étendu à la cofondation et à la présidence de l’Association canadienne des infirmières et infirmiers autochtones et de l’Association des médecins indigénes du Canada (telles qu’elles sont connues aujourd’hui), organisations qui sont devenues des pierres angulaires de la défense des soins de santé autochtones.

Le travail de pionnier du Dr Dignan dans la promotion et l’extension des services de soins de santé pour les peuples indigènes au Canada a amélioré de façon permanente la condition de tous les Canadiens indigènes. L’un des premiers à avoir attiré l’attention sur les questions de soins de santé dans les réserves, le Dr Dignan a contribué à faire en sorte que la formation médicale postuniversitaire des collèges royaux comprenne désormais une formation aux soins de santé indigènes dans tous les programmes d’internat. Son exemple personnel de médecin courageux au service des besoins de santé des indigènes reste un modèle et une source d’inspiration dans l’effort continu pour fournir des soins de santé équitables et efficaces à tous les Canadiens. Mentor de générations de médecins indigènes leaders, le Dr Dignan et son héritage se perpétuent dans les rangs de plus en plus nombreux des médecins et infirmières indigènes qui travaillent aujourd’hui dans tout le Canada.

Le parcours du Dr Dignan, de soldat à infirmier puis médecin, est un témoignage inspirant de son dévouement inébranlable à l’avancement des soins de santé indigènes. Son héritage continuera de résonner comme un phare d’espoir et de progrès, inspirant les générations futures à suivre ses traces et à poursuivre la lutte pour des soins de santé complets et équitables pour les peuples autochtones du monde entier.

Pour en savoir plus sur le parcours professionnel du Dr Dignan et ses contributions, consultez le site : https://www.cdnmedhall.ca/laureates/thomasdignan

Juin 2024

Dre Ojistoh Horn: directrice des médecins de l’AMIC

Quand j’étais jeune, j’avais sur mon mur un poster représentant une jeune Indienne vêtue d’une couverture, debout sur un rocher au bord d’une rivière, avec l’inscription suivante : « Ce n’est que lorsque le dernier arbre sera mort, que la dernière rivière aura été empoisonnée et que le dernier poisson aura été pêché que nous nous rendrons compte que l’argent ne se mange pas. »

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été soucieuse de l’environnement. Je suis issue d’une longue lignée de personnes qui se sont battues pour la terre contre les vagues industrielles qui ont envahi nos communautés. Leur histoire est racontée par ma mère, qui est une conteuse hors pair. Mon premier souvenir est celui d’une course à travers une rangée de plantes dans un jardin. Je devais être très petite, mais je me souviens de tomates au-dessus de ma tête. Ma mère avait apparemment un jardin extraordinaire. Nous n’avions pas beaucoup d’argent en grandissant, et tous mes vêtements étaient d’occasion. Je me souviens qu’il fallait quelques mois pour que mes pieds réimprègnent les chaussures et les bottes d’occasion que je portais. Ma mère avait l’habitude d’organiser des cérémonies dans notre maison. Nous passions beaucoup de temps à l’extérieur, à camper et à faire du canoë pendant l’été. J’ai appris à naviguer. Nous ramassions des piquants de porc-épic pour faire des perles. Deux souvenirs incroyables de ma jeunesse : courir dans les bois pendant une course de fond en ayant l’impression d’être un cerf, et nager si efficacement que j’avais l’impression d’être un poisson. Plus tard, j’ai passé quelques étés dans le Nord à planter des arbres. Par ailleurs, pendant les 16 années où j’ai suivi des études pour devenir médecin – c’est-à-dire la licence, les études supérieures, l’école de médecine, l’internat et l’agrégation – j’ai toujours utilisé du papier récupéré dans la poubelle de recyclage. Je pense que j’ai toujours été en admiration devant l’esprit de la nature. J’ai toujours « réutilisé, réduit et recyclé ».

J’ai toujours défendu la santé de notre environnement, de notre mère. Jusqu’à une date relativement récente, je n’avais pas de mots pour décrire cette défense.

J’ai grandi dans un esprit traditionnel. Cela signifie que j’ai beaucoup réfléchi à Sky Woman et à son histoire. Je prononce régulièrement notre discours d’action de grâce, dans lequel nous reconnaissons notre responsabilité d’intendants de cette terre et de maintenir l’espace nécessaire pour que toutes les parties de la création puissent accomplir leurs instructions originales. Dans notre grande paix, nous décrivons l’importance de regarder dans l’esprit de chacun et de trouver toutes les informations qui constituent la meilleure vérité, et ensuite, avec cette vérité, nous arrivons à un consensus et prenons des décisions. Ce n’est qu’en détenant la vérité que l’on peut vraiment défendre ceux qui n’ont pas de voix. Cela inclut toutes les parties de la nature, l’esprit à l’intérieur de la nature et les visages à venir, qui sont notre avenir. Nous avons de nombreux wampums, notamment le plat avec une cuillère, qui décrit la façon dont nous nous trouvons dans un bien commun mondial. Cela signifie que nous ne pouvons pas prendre plus que ce dont nous avons besoin ou accumuler des choses, car cela perturberait le grand équilibre. Nous avons nos systèmes claniques, qui sont un système où les pensées, les expériences et les voix sont mises en avant. Nous avons nos cérémonies qui affirment nos relations avec nous-mêmes, les uns avec les autres, nos familles, nos communautés, nos ancêtres, nos parents non humains et les visages qui ne sont pas encore nés. Nous avons des cérémonies qui reconnaissent notre passage à travers les cycles de la vie, et nous avons des cérémonies qui reconnaissent le passage à travers les cycles de l’année. Les bonnes relations sont l’essence même du bien-être. Pas seulement le bien-être, mais le mieux-être.

J’ai le sentiment que nous n’avons pas été capables de gérer la terre de manière efficace. Nous n’avons pas été en mesure d’exécuter nos instructions initiales. Nous avons essayé. Mais comme le dérèglement climatique et la dégradation de l’environnement se sont produits sous notre surveillance, nous subissons collectivement un préjudice moral. Nous ne sommes en bonne santé que si la terre l’est aussi.

Je fais partie d’un groupe de personnes de ma communauté d’Akwesasne qui tentent de protéger la terre, les eaux et l’air. Nous nous réunissons régulièrement. Nous avons relancé un journal qui existait dans les années quatre-vingt. Nous nous adressons à notre communauté pour décrire les pressions que la société d’entreprise a exercées sur notre santé et celle de notre terre. C’est grâce à ce groupe que je me sens légitime. Ainsi, lorsque je m’adresse à d’autres organisations pour parler de questions nationales, j’ai l’impression de parler avec autorité. Je suis membre du conseil d’administration de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement, de l’Association des médecins autochtones du Canada et de la Fédération des femmes médecins du Canada. Ces trois ONG défendent trois groupes présentant des vulnérabilités similaires : les femmes et les filles, la terre et les peuples autochtones. Je suis également membre du comité de santé autochtone du Collège des médecins de famille du Canada, du cercle directeur autochtone de l’Association médicale canadienne et du comité CanMeds sur la santé planétaire du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Il peut être écrasant d’être aussi impliqué. Mais j’ai l’impression que toute ma vie a évolué vers ce moment où je peux parler à de nombreux secteurs de la société de la santé de notre peuple, de nos terres d’origine et de notre mère, la Terre, ou Iethinistenha Ohontsa.

Le fait d’être une personne traditionnelle, une mère et un médecin de famille dans ma communauté m’a aidée à trouver les mots pour raconter nos histoires d’une manière responsable et forte. En ce moment, nous discutons de la création d’un caucus autochtone au sein de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME). Plus précisément, nous souhaitons créer une plateforme qui permette aux membres de l’ACME de s’adresser directement aux communautés de base, urbaines et non urbaines. Je demande à tous les médecins de famille, qu’ils soient autochtones ou non, de s’impliquer dans l’ACME. Il y a tellement de travail à faire ! Et nous devons apprendre les uns des autres. Notre capacité à gérer la terre est affectée de bien des façons, et nos gens, nos terres, nos eaux, notre air et notre glace sont en train de passer à travers les mailles du filet. Nous devons demander aux gouvernements de rendre compte de leurs lois et nous devons amplifier les voix des guérisseurs de nos communautés qui travaillent dur pour protéger notre mère pour les visages à venir.

Écrit par Dre Ojistoh Horn, 3 avril 2024

Holliston Logan : membre associée autochtone

Holliston Logan : membre associée autochtone

Dans mon travail, je m’inspire de la croissance et du succès des personnes qui m’entourent, en particulier de celles que je soutiens directement dans les rôles que j’ai occupés au sein du programme de santé autochtone de la Cumming School of Medicine de l’Université de Calgary. En 2018, une aînée pied-noire m’a donné le nom de Mátoomaki, qui signifie « Première femme ». Le nom, expliqué dans un récit, désigne une personne qui est là pour guider et soutenir les autres dans leur cheminement. Je suis profondément honorée d’avoir reçu ce nom et j’essaie d’être à la hauteur des rôles et des responsabilités associés à ce nom en offrant un soutien inconditionnel et de l’amour aux personnes qui m’entourent alors qu’elles essaient de comprendre les complexités de l’éducation postsecondaire et de la vie en général. Dans le cadre de mon travail, je m’efforce de promouvoir l’inclusion des peuples et des connaissances autochtones, en veillant à ce que nous travaillions à éliminer les obstacles et les préjugés au sein de l’institution. Pour y parvenir, j’essaie entre autres de créer un environnement chaleureux et accueillant dans notre bureau et notre équipe pour les étudiant.es, le personnel, le corps professoral et la communauté autochtones. Il est crucial, du point de vue du soutien et de la communauté, de créer un espace d’appartenance, d’identification aux autres et de soutien de la part des personnes qui comprennent et partagent une expérience vécue ou les mêmes visions du monde. Le Programme de santé autochtone s’efforce de créer cet espace et de bâtir une communauté sur le campus Foothills pour l’Université de Calgary.

J’ai découvert l’AMIC lorsque je suis devenue coordonnatrice du Programme de santé autochtone en septembre 2021. Depuis que je me suis jointe à l’AMIC en tant que membre associée autochtone, j’ai été en mesure d’établir des relations significatives avec des collègues, des étudiant.es et des membres de communautés autochtones de partout au pays ayant des intérêts, des passions, des carrières et des visions du monde similaires. L’AMIC m’a aidée à élargir ma communauté et mes relations et m’a donné l’occasion de tisser des liens avec d’autres personnes qui comprennent et connaissent des défis et des réussites similaires lorsqu’elles cheminent dans des établissements postsecondaires en tant qu’Autochtone. L’AMIC est là pour soutenir les membres des Premières Nations, les Métis et les Inuits qui souhaitent devenir médecins et ceux qui suivent la formation ou qui pratiquent déjà, ainsi que pour promouvoir le travail de ses membres dans leurs nombreuses fonctions. L’AMIC est là pour vous aider à réussir, vous présenter des possibilités et vous offrir l’occasion de vous engager dans la communauté. Vous n’avez pas à tracer seul la voie de votre parcours d’études en médecine; l’AMIC est là pour vous soutenir et vous mettre en contact avec d’autres!

Se tailler une place dans le parcours scolaire médical en tant qu’étudiant autochtone peut souvent être une expérience difficile et frustrante. Bien qu’il y ait beaucoup de personnes au sein de votre établissement postsecondaire prêtes à vous soutenir, il y a encore plus de gens à l’échelle nationale qui veulent vous voir réussir. J’ai été témoin de l’impact positif du Cercle de mentorat de l’AMIC sur les étudiant.es qui désiraient obtenir des conseils concernant leur cheminement et leur carrière dans le domaine médical. J’ai pu constater par moi-même le pouvoir et l’impact des connaissances, du soutien et des conseils que les mentors du Cercle de mentorat de l’AMIC ont fournis aux étudiant.es en médecine autochtones de l’Université de Calgary et de l’influence profonde du mentorat sur le bien-être, la persévérance et l’état d’esprit des étudiant.es.

En tant que gestionnaire du Programme de santé autochtone, j’aimerais rappeler aux étudiant.es, aux résident.es, aux médecins, au personnel et au corps professoral autochtones que nous sommes là pour les soutenir. J’encourage les gens à s’engager et à établir des relations avec les équipes de santé autochtone de leurs établissements postsecondaires respectifs. De plus, j’encourage vivement les étudiant.es qui songent à devenir membres de l’AMIC à le faire! Il n’y a rien à perdre et tout à gagner en élargissant votre réseau, en recherchant d’autres occasions de mentorat et de soutien et en établissant de nouvelles relations. Assurez-vous de vous renseigner auprès de votre université pour savoir si les frais d’adhésion sont pris en charge! À l’Université de Calgary, le Programme de santé autochtone couvre les coûts d’adhésion à l’AMIC pour les étudiant.es et les résident.es autochtones.

Écrit par Holliston Logan, 11 janvier 2023

Bailey Brant : bénéficiaire d’une bourse d’études PRIDoC

Je suis membre des Mohawks de la baie de Quinte et je participe maintenant au programme de médecine de l’Université de Toronto. Alors que je commence tout juste mes études de médecine à l’Université de Toronto, je me suis sentie plus que jamais accueillie dans la profession médicale en tant qu’Autochtone grâce à ma participation à l’événement PRIDoC 2022.

J’ai entendu parler de cet événement pour la première fois par l’entremise de ma mentore et ancienne présidente de l’AMIC, la Dre Nel Wieman, au printemps 2022. En tant qu’étudiant.e autochtone, j’étais nerveuse et je savais déjà, en raison de mes études de premier cycle et des cycles supérieurs, que les espaces coloniaux et traditionnellement occidentaux pouvaient me mettre mal à l’aise. Cependant, tout au long des diverses activités, comme la Soirée de partage culturel, j’ai pu percevoir ma culture et, par extension, je me suis sentie acceptée dans l’incroyable famille qu’est le collectif des médecins autochtones de la région du Pacifique.

Beaucoup de premières fois pour moi ont jalonné ce parcours. C’était mon premier voyage à l’extérieur de la province et sur la côte ouest, je nageais pour la première fois dans l’océan Pacifique, et j’avais l’impression, pour la toute première fois, que mon parcours en médecine, dans le but de travailler avec les peuples autochtones, cadrait avec le cheminement d’un nombre important de professionnels de la santé ouverts et attentionnés comme moi et partageant les mêmes idées.

Mon expérience préférée du voyage, en plus de rencontrer tous les merveilleux délégués et de nouer des liens avec eux, a été notre visite au Lu’ma Medical Center avec le Dr Mike Dumont. Dans mes applications médicales, j’ai écrit un texte sur le rêve de construire une pratique centrée sur une approche de double perspective. Je rêvais de créer un espace où les patients autochtones pourraient renouer avec leur culture et d’en faire une partie intégrante de leur cheminement de guérison. Être témoin de cela dans la vie des patients de Lu’ma était si spécial pour moi. Mes rêves rédigés sur papier il y a quelques mois à peine étaient encore plus tangibles.

Cela dit, je ne saurais trop exprimer à quel point j’ai été reconnaissante et honorée de recevoir cette bourse d’études et de vivre ces expériences que je chérirai toute ma vie. Je souhaite que les étudiants en médecine autochtones comme moi puissent avoir des occasions similaires à l’avenir de sentir qu’ils ont un espace et une place dans ce domaine, de sentir qu’ils ont le pouvoir et, surtout, de savoir qu’ils sont accompagnés de bon nombre d’autres praticiens autochtones dans leur parcours.

Écrit par Bailey Brant, 12 octobre 2022

Assumer mes fonctions : des débuts modestes avec l’Association des médecins autochtones du Canada

Mon premier contact avec l’AMIC fut en tant que membre étudiant.e en médecine; j’ai participé à « Nos histoires : comment nous sommes devenus médecins », une publication de l’AMIC sur les modèles en médecine en 2012. L’AMIC a toujours représenté quelque chose d’excitant pour moi, c’est-à-dire la communauté et le mentorat. J’ai eu de la chance; plusieurs de mes mentors avaient siégé au conseil d’administration de l’AMIC au fil des ans, et ils n’ont cessé de susciter mon intérêt pour le travail inspirant de l’organisation. Lors du rassemblement de l’AMIC de 2016 à Vancouver, alors que je n’avais fait que deux années de résidence, le Dr Evan Adams m’a proposé de me présenter au conseil d’administration à titre de médecin administrateur. Son appel m’a à la fois ému et terrifié. Je souffrais dans une certaine mesure du syndrome de l’imposteur à cette époque et j’étais aux prises avec des doutes personnels et des questionnements sur moi-même. Étais-je prêt pour cela? Avais-je suffisamment d’expérience? Étais-je assez bien informé? Étais-je assez autochtone? J’ai (très respectueusement mais un peu timidement) refusé la nomination d’Evan à l’élection, mais j’ai promis de me présenter plus tard.

Le même été, j’ai contribué à mettre sur pied le Lu’ma Medical Centre, une clinique de soins primaires autochtones située dans le territoire non cédé des Musqueam, des Squamish et des Tsleil-Waututh (Vancouver), et j’en suis maintenant le directeur médical. Notre centre intègre des approches médicales traditionnelles autochtones et occidentales dans un modèle de pratique en équipe comprenant des aînés, des guérisseurs traditionnels, des conseillers, des travailleurs sociaux, des infirmières et des médecins. En donnant vie au Lu’ma Medical, un rêve est littéralement devenu réalité pour moi. Je suis heureux de voir que notre centre fait une différence dans la vie de nos patients et de leurs familles, et qu’il a également une incidence sur des changements apportés au système de soins de santé à l’échelle régionale et provinciale. Nous jouons un rôle important d’enseignement en tant que l’un des sites d’accueil pour le programme de résidence en médecine familiale autochtone de l’Université de la Colombie-Britannique.

Quelques années plus tard, j’ai croisé la Dre Nel Wieman et Melanie Osmack dans la file pour le traversier de Vancouver à Victoria, alors que nous nous rendions à une conférence. Nous avons effectué le même trajet en traversier, nous avons conversé et ri, et je savais qu’il était temps de participer à l’AMIC. Peu de temps après cette conférence, Melanie m’a invité à me joindre au nouveau Comité des champions, axé sur l’élévation de nos collègues médecins autochtones et la célébration de leur travail par l’entremise de nominations à des prix et de récompenses pour leurs réalisations. Le travail au sein de ce comité a été exaltant et profondément gratifiant. Gagner un prix soi-même est une chose, mais mettre en lumière le travail d’une personne que vous admirez et l’aider à gagner un prix est vraiment plus gratifiant. Je crois que nous bénéficions collectivement de voir nos collègues médecins autochtones reconnus pour leurs réalisations. Célébrer l’un d’entre nous, c’est vraiment tous nous célébrer; nous nous élevons tous collectivement.

L’été dernier, j’ai reçu un appel pour présenter ma candidature en 2021 au conseil d’administration de l’AMIC. Evan a de nouveau proposé mon nom, ce qui m’a donné l’occasion de tenir la promesse que j’avais faite. Je me suis senti profondément touché par cette validation, la reconnaissance de quelqu’un que j’admire et qui m’estimait prêt pour ce travail. Mes aînés m’ont appris à écouter quand on nous demande de faire quelque chose, surtout au service des autres. Je devais donc accepter cette fois-ci. J’ai également senti que c’était le bon moment pour passer à l’action. J’ai ressenti une plus grande confiance en mon identité, une conscience plus aiguë de mes forces et de mes faiblesses, et une volonté d’assumer ce rôle de leadership.

Aux personnes qui envisagent de se présenter à l’un des comités ou à un poste au conseil d’administration, je le recommande vivement. Mes six premiers mois au conseil d’administration de l’AMIC ont été remplis de défis, stimulants et très agréables. Nous avons travaillé d’arrache-pied pour préparer l’événement PRIDoC, répondre aux urgences de santé publique de la pandémie de COVID-19 et de la crise des médicaments toxiques, lutter contre le racisme envers les Autochtones et créer le nouveau programme de mentorat de l’AMIC. Il s’agit d’un travail qui exige des « yeux d’aigle » – il faut une perspective globale d’arrière-plan, qui contraste bien avec le travail plus minutieux que je fais dans mon rôle clinique de médecin de famille. Ce que j’aime le plus à l’AMIC, c’est la communauté, c’est-à-dire de travailler côte à côte avec des mentors personnels, des amis et des collègues que je respecte et admire profondément. Je me sens habilité par ce groupe d’acteurs du changement, et très humble et inspiré de faire partie de leur groupe.

Écrit par le Dr Michael Dumont, 16 mars 2022

Feeling overwhelmed? Having a mentor could help.
Plan ahead of exams, deadlines, and all the time crunches of the semester. Find your own mentor today 💛
#IPAC #Indigenous #Doctors #Mentor #Mentee #Family
🌟 Friendly Reminder.  Just a quick heads up that IPAC will be closed this coming Monday, May 20th. But don't worry, we'll be back in action bright and early on Tuesday!  Wishing you all a fantastic long weekend ahead! ☀️
 #LongWeekendVibes #MayLongWeekend
"No one left behind: equality, freedom, and justice for all"! 🌈 May 17th marks the International Day Against Homophobia, Transphobia, and Biphobia—a day to reaffirm our commitment to equality, acceptance, and love for all. Together, we can create a world where everyone feels safe, valued, and free to be their authentic selves. 🌍
Join the movement at @may17org
#IDAHOTB  #IDAHOTB2024  #IDAHOBIT2024
📢 There's a buzz going around—admission letters have been sent to the newest cohort of medical students! Congratulations to these #FutureDoctors. IPAC officially congratulates you! Welcome to the future of healthcare! #MedSchoolBound #IPACSupport #MedicalEducation 🎉
Have you checked out IPAC's latest quarterly newsletter yet? 📰 It's packed with updates, insights, and important information about our initiatives, membership activities and events. Don't miss out on staying in the loop! 👇 https://loom.ly/MjVcsmM #IPACNewsletter #StayInformed #CommunityUpdates
👩‍⚕️👨‍⚕️ Calling all physicians, residents, and medical students! Dive into the Physician Health Inclusion community on @cma_docs Community. Together, let's shape a healthcare landscape that's more accessible and inclusive for all. No CMA membership required. Click here to join the conversation and take action: https://loom.ly/Y30lHVk
#PhysicianHealthInclusion #HealthcareForAll 🌟
There are over 60 mentors available to take you under their wing
Check it out now
Skoden
🦅
📣 Calling all attendees of IPAC's Annual Mentorship Gathering & AGM! Get ready to stand out with our exclusive t-shirt featuring the theme "Our Stories. Our Medicine" front and centre!
On sale until June 7th, available for pickup at the event. Don't miss this chance to grab yours! Sizes range from small to 3XL (Classic unisex fit).
Link to purchase: https://loom.ly/wdYZQts
Register for Annual Gathering: https://loom.ly/mr4RV_k
Join us for #MentalHealthWeek, May 6-12, and answer the "Call to Be Kind"!🌟 This year, @cmhanational reminds us about the healing power of compassion. Let's explore how kindness and empathy can make a difference in our world. Together, let's spread compassion and support. 💙 #CompassionConnects #CompassionHeals #kindnessmatters
May 5 is the National Day of Awareness for Missing and Murdered Indigenous Women, Girls, and Two-Spirit people (MMIWG2S) in Canada, also known as Red Dress Day. Originating as an artistic response, red dresses symbolize the tragedy of over 1000 missing and murdered Indigenous individuals.  Please note: The day can be triggering for those affected by MMWIG2S+ loss. You can connect with the MMWIG2S+ support call line at 1-844-413-6649. This line is available free of charge, 24/7.  Since 1974, @nwac_canada has advocated for Indigenous women, girls, and gender-diverse people. We extend our deepest gratitude to NWAC for bringing #MMIWG2S to light!  #RedDressDay  #IndigenousRights  #justiceforMMIWG2S
🚨 Last Call! IPAC Awards nominations due May 3rd, Midnight PDT! Don't miss your chance to honour Indigenous healthcare contributions.
More details and nomination forms found here: https://loom.ly/xsa77UU
🏆 #IPACAwards #IndigenousHealthcare 🌟