Pleins feux sur les membres

De brefs profils mettent en évidence les réalisations de nos membres et leurs contributions à nos communautés.

3 avril 2024

Parlez-nous un peu de votre travail dans le domaine de la santé planétaire.

Je participe actuellement à un projet visant à sonder les membres de l’AMIC sur leur compréhension de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) et du projet de loi S-5 récemment adopté, connu sous le nom de Loi renforçant la protection de l’environnement pour un Canada plus sain (2023). Le projet de loi S-5 introduit la notion que les Canadiens ont le droit à un environnement sain, et je suis actuellement en train de sonder les membres de l’AMIC pour mieux comprendre leurs perspectives sur ce que cela signifie dans le contexte des communautés autochtones, qui sont touchées de manière disproportionnée par l’évolution de l’environnement.

Qu’est-ce qui vous a incité à travailler sur l’enquête sur le projet de loi S-5 ?

Tout au long de ma carrière universitaire et professionnelle, j’ai cherché à travailler avec les communautés autochtones et en leur nom. Étant donné que les populations autochtones du Canada ont déjà commencé à ressentir les effets de notre changement climatique, j’espère que les recherches que je mène contribueront à créer un environnement plus sain et plus durable pour les générations futures.

Si vous pouviez demander à vos collègues membres de l’AMIC de faire une chose pour la santé de la planète, quelle serait-elle ?

Je pense que l’éducation est une première étape essentielle pour améliorer la santé de notre planète – il est difficile de contribuer de manière significative à l’amélioration de l’état de notre environnement sans comprendre nos politiques locales, régionales et nationales en matière de protection de l’environnement. À cette fin, j’encourage les membres à rejoindre le Lobby citoyen pour le climat, un groupe environnemental international de base qui forme et soutient les bénévoles pour qu’ils établissent des relations avec leurs représentants élus afin d’influencer la politique climatique.

11 janvier 2023

Pourquoi avez-vous décidé de poursuivre des études en médecine familiale?

J’ai décidé de poursuivre des études en médecine familiale en raison de la polyvalence et de la flexibilité qui s’y rattachent. Je savais que cela me permettrait de travailler dans divers milieux communautaires avec un large champ de pratique. J’aimais particulièrement la façon dont cela me permettait de pratiquer dans les réserves et à l’extérieur de celles-ci. Malgré certains défis observés en médecine familiale, c’est l’une des rares spécialités qui permet de nouer des liens enrichissants sur une longue période avec les patients et leurs familles. Le rétablissement de la confiance entre les Autochtones et le système de santé repose sur une relation solide avec un médecin de famille.

Comment décririez-vous votre travail avec la communauté autochtone?

Je porte plusieurs chapeaux dans mon travail avec la communauté autochtone. Dans ma pratique, j’offre des services de soins primaires à deux communautés : l’une qui est principalement mi’kmaq et qui vit sur une réserve, et l’autre qui est composée de divers membres des Premières Nations, Inuits et Métis vivant en milieu urbain. Chacune de ces communautés a des valeurs et des besoins distincts. Je suis également responsable clinique du Centre de santé Wije’winen, que j’ai contribué à mettre sur pied. Cette clinique s’inscrit dans un éventail plus vaste de services offerts par la Mi’kmaw Native Friendship Society. C’est incroyable de pouvoir diriger les patients vers une si large gamme de programmes et de services culturellement sécuritaires et pertinents. Le Centre de santé Wije’winen est une grande source de fierté pour moi et ma communauté. Dans mon rôle distinct visant à assumer la direction de la formation en santé autochtone de la faculté de médecine de l’Université Dalhousie, j’ai contribué à l’élaboration d’un nouveau parcours d’admission des Autochtones à la formation médicale de premier cycle. Grâce à un nouveau processus d’examen holistique, cette voie augmentera considérablement le nombre d’Autochtones admis à la faculté de médecine. La première cohorte devrait faire son entrée en août 2023. J’occupe également des postes de direction au sein de la Section de la santé autochtone de Doctors Nova Scotia, du Consortium national pour la formation médicale en santé autochtone et du Comité de la santé autochtone du Collège des médecins de famille du Canada.

12 octobre 2022

Pourquoi avez-vous choisi la psychiatrie comme spécialité?

Mon parcours de vie m’a menée à la psychiatrie. Comme je suis née et que j’ai grandi sur une réserve, j’ai été témoin et fait l’expérience des impacts de la colonisation, y compris des traumatismes. Quand j’avais 5 ans, ma cousine s’est suicidée quelques mois avant d’obtenir son diplôme d’études secondaires. À l’époque, je ne connaissais pas grand-chose de la santé mentale, mais je savais que je ne voulais pas que sa mort soit vaine. Après l’université, j’ai travaillé dans une clinique médicale qui desservait la population autochtone, défavorisée et marginalisée du centre-ville. Encore une fois, j’ai constaté les conséquences des traumatismes sur notre peuple, qui se manifestaient par des problèmes de santé mentale et de toxicomanie. À la faculté de médecine, j’ai aimé mon stage en psychiatrie parce que j’ai enfin pu me concentrer sur l’aspect de la médecine qui me passionne le plus, à savoir les impacts des blessures d’enfance et des traumatismes intergénérationnels. Le style d’entrevue consistant à écouter l’histoire de vie d’un patient, à comprendre comment ses expériences passées et familiales l’affectent aujourd’hui, m’a rappelé les façons autochtones d’enseigner et d’apprendre, c’est-à-dire par l’entremise des récits. L’approche bio-psycho-sociale m’a rappelé notre roue médicinale, qui ne prend pas seulement en considération la santé physique, mais aussi le bien-être mental, émotionnel et spirituel pour favoriser une santé et une guérison complètes. J’ai l’impression qu’être une spécialiste des impacts des traumatismes m’aide également dans mon travail d’éducation et de plaidoyer.

Comment décririez-vous votre travail avec la communauté autochtone?

J’ai eu la chance d’être élevée sur le territoire traditionnel de mon père, d’apprendre ma culture, mes traditions et mon histoire. Cependant, alors que j’avais seulement 9 ans, nous avons quitté la réserve pour poursuivre des études et saisir les opportunités. C’était la première fois que j’étais confrontée au racisme. J’ai été victime d’intimidation et de discrimination, à tel point que je détestais l’école et que j’échouais pratiquement tous mes cours. Ensuite, on m’a dit que je ne pouvais rien faire et que je n’accomplirais rien, alors j’ai décidé de leur prouver le contraire. Je suis devenue une étudiant.e exemplaire pour prouver que je valais quelque chose dans la société. Pour éviter d’être encore plus victime de discrimination, j’ai coupé les liens avec ma culture et mon identité pendant de nombreuses années. Ce n’est que lorsque je travaillais à la clinique de santé autochtone que j’ai finalement renoué avec mon identité autochtone et que j’ai guéri de cette douleur. J’ai décidé que je voulais poursuivre des études en médecine dans le but de guérir nos traumatismes ET de travailler dans les domaines de l’éducation et du plaidoyer en ce qui concerne les problèmes auxquels sont confrontés nos gens et nos communautés. Par le biais de mes études de médecine et de ma résidence, j’ai grandement pris part à ce travail, présentant aux étudiant.es en médecine, aux résident.es et aux médecins de partout au Canada notre histoire de colonisation et son impact sur nos expériences en médecine en tant que patients ou praticiens autochtones. Je plaide pour l’équité dans la formation et le traitement de nos employés au sein du système médical.

16 mars 2022

Pourquoi avez-vous choisi la médecine familiale en milieu rural ou éloigné?

Dans le cadre de mon stage clinique, je savais que je préférais travailler dans de petits hôpitaux communautaires. J’ai donc choisi d’effectuer plusieurs rotations de base et stages optionnels dans des milieux ruraux et éloignés. J’ai constaté que les expériences cliniques et communautaires dans ces endroits étaient tout simplement inégalées. Parmi les faits saillants, mentionnons le temps passé à Moose Factory, en Ontario, et à Iqaluit, au Nunavut. La médecine à distance, en particulier, m’attirait en raison de l’étendue de la pratique, de la nature adaptable et aventureuse des collègues et des membres de la communauté, et de la force des relations patient-fournisseur. J’ai apprécié le plaidoyer qui accompagnait le travail dans des contextes aux ressources limitées et la satisfaction de faire une différence, aussi petite soit-elle, dans des endroits où il existe un grand besoin. En tant que personne axée sur la nouveauté avec des intérêts divers, j’ai apprécié le fait que j’apprenais continuellement grâce à de nouvelles expériences cliniques et parascolaires. Vivre et travailler dans un environnement austère pousse perpétuellement les gens à développer leur force et leur détermination, et nous aide ainsi à atteindre notre plein potentiel non seulement en tant que cliniciens, mais aussi en tant que personnes. C’est l’un de mes objectifs!

Quel parcours avez-vous suivi pour vous rendre à NunaFam?

J’ai terminé mes études de médecine à l’Université d’Ottawa, qui entretient une relation de longue date avec le Nunavut dans le domaine des soins de santé. Au cours de ma première année de médecine, j’ai participé à un stage clinique au sein de l’Équipe de santé familiale inuite d’Akausivik, qui est une clinique de santé familiale propre aux Inuits située à Ottawa, en Ontario, et la seule clinique du genre au monde. J’ai beaucoup aimé le travail là-bas, et ce fut l’étincelle qui a piqué mon intérêt pour l’exploration du Nunavut. Après avoir terminé le stage, j’ai commencé à communiquer avec des médecins de l’Hôpital général Qikiqtani et j’ai finalement communiqué avec le directeur de la formation médicale, le Dr Patrick Foucault, que je considère maintenant comme l’un de mes mentors. Le Dr Foucault a pris des dispositions pour que j’aille faire un stage clinique au Nunavut en deuxième année de médecine, ce qui s’est avéré être un événement transformateur dans ma vie. Au cours de ce stage, j’ai travaillé avec des médecins généralistes pour fournir des soins en personne et virtuellement concernant une gamme de services (services d’urgence, clinique de médecine familiale, clinique de fracture, anesthésie générale, hospitaliste, obstétrique, assistance chirurgicale, clinique d’assistance technique et clinique de tuberculose). De retour au Nunavut pour un stage au cours de ma quatrième année de médecine, je me suis rappelé les expériences riches et variées et la joie de cet endroit remarquable. J’ai donc choisi NunaFam pour ma résidence! J’approche maintenant de la fin de neuf mois consécutifs ici, et je ressens beaucoup de gratitude d’avoir vécu cette expérience et cette aventure qui ont complètement changé ma vie!

Bill S-5 Survey - FINAL DAY!
🌿 Let your voice count! 📢 Bill S-5, amending CEPA (Canadian Environmental Protection Act), passed in June 2023, declares our right to a healthy environment. IPAC Members, contact us to take part in the survey open from March 4th to April 12th. 🌎💚 #EnvironmentalRights #Survey #HaveYourSay
🚀 Last chance alert! 🚀 Hurry, today is the final day to grab early bird prices for IPAC's Annual Mentorship Gathering & AGM in Halifax, NS, July 12-14! Join Indigenous Medical Students, Residents, & Physicians for an unforgettable experience of networking, cultural activities, & insightful discussions under the theme "Our Stories. Our Medicine." Don't wait, secure your spot now at the discounted rate! 🌟 #MentorshipGathering #AGM #IPAC2024
@blackphysiciansofcanada President Dr Modupe Tunde-Byass and IPAC President Dr Mandy Buss at the Canadian Medical Forum Annual Meeting. Representing BIPOC docs at the national level. 
#HHR #indigenous #BIPOC #blackphysicians #indigenousphysicians #ICAM2024
🌿👩‍⚕️Indigenous Physician Wellness and Joy in Work is excited to be taking part in ICAM 2024. Don't miss their workshop on April 13th! 
https://loom.ly/-6XIm-o @afmc.ca
 #MedEd #ICAM2024 #ICAM2024 #Vancouver #IndigenousPhysicians #Wellness #JoyInWork
Feeling the indigenous urge to bring moosemeat to your family?
Do that symbolically via bringing guidance to some mentees instead 😎
#IPAC #Indigenous #Doctors #Mentor #Mentee #Family
📣 Calling all attendees of IPAC's Annual Mentorship Gathering & AGM! Get ready to stand out with our exclusive t-shirt featuring the theme "Our Stories. Our Medicine" front and centre!
On sale until June 7th, available for pickup at the event. Don't miss this chance to grab yours! Sizes range from small to 3XL(Classic unisex fit).
Link to purchase is in the bio!
 #MentorshipGathering #AGM #OurStoriesOurMedicine
Bill S-5 Survey - One week left!
🌿 Let your voice count! 📢 Bill S-5, amending CEPA (Canadian Environmental Protection Act), passed in June 2023, declares our right to a healthy environment. IPAC Members, contact us to take part in the survey open from March 4th to April 12th. 🌎💚 #EnvironmentalRights #Survey #HaveYourSay
📢 Exciting news! Early bird prices for IPAC's Annual Mentorship Gathering & AGM in Halifax, NS, July 12th-14th, are extended! Join Indigenous Medical Students, Residents, & Physicians for networking, cultural activities, & insightful discussions under the theme "Our Stories. Our Medicine." Secure your spot now at the discounted rate!  Plus, stay tuned for a surprise dropping tomorrow, exclusively for attendees! #MentorshipGathering #AGM #IPAC2024
We are gearing up for our Annual Mentorship Gathering in Halifax, Nova Scotia and we're diving deep into Mi'kmaq culture, starting with the beautiful concept of "Msit No'kmaq," which roughly translates to "all my relations" in the Mi'kmaq language. 🌿  Hear @morgantoneymusic, a JUNO-Nominated Mi'kmaq fiddler and singer, perform "Msit No'kmaq" on The Intro. 🎻https://loom.ly/wELPGCs
 #AnnualGathering #HalifaxNovaScotia